A la découverte du Thames Path (jour 2)

Stonor Park Gardens Henley-on-Thames 3

 

Premier tea time, celui du matin. Sur la table du petit-déjeuner, une carte à l’ancienne, en papier, soigneusement dépliée. Je m’émerveille encore, une tasse d’Earl Grey dans les mains, de tout ce que l’Angleterre a à offrir. Il n’est que 30 minutes de route entre Reading et Goring, découverts la veille. Tant d’aventures, pourtant, dans une journée : les ruines sublimes d’une abbaye royale, les intérieurs somptueux de Basildon Park, les prés poétiques qui, le long de la Tamise, ont inspiré tant d’auteurs… Il est temps de reprendre la route. Vous me suivez ?


10 h : voyage dans le temps à Stonor House

Les leçons d’histoire, à l’école, m’endormissaient. Ces listes de dates, nom, batailles, alliances et mésalliances manquaient de relief, me semblaient nettement relever de la fiction plutôt que de la réalité : des mots sur du papier, à apprendre par cœur, sans émotion aucune. Les demeures historiques ont su réveiller mon intérêt. Dans ces pièces magnifiquement décorées, j’imaginais personnages historiques discutant de stratégies militaires, artistes peignant les portraits de la noblesse, festins et bals, domestiques trottant d’une pièce à l’autre. Meubles, œuvres s’accompagnent généralement d’une anecdote sur le passé des lieux.

La plupart des résidences ouvertes au public font aujourd’hui partie du National Trust ou English Heritage. Quelques-unes restent indépendantes, souvent une façon pour les propriétaires de soutenir les constants travaux de rénovations de ces édifices ayant traversé les siècles. Un sacré boulot, quand on y pense… Celle-ci fut la demeure de la famille Stonor, de sa construction au temps présent, soit plus de 850 ans. Peu de bâtisses peuvent s’enorgueillir d’un tel constat.

La maison trouve ses origines au 13ème siècle, en témoignent la chapelle et le Century Hall (aujourd’hui un café assez pittoresque). Se sont ajoutés d’autres pans, formant un E, qui seront harmonisés d’une belle façade géorgienne.

 

Stonor House Henley-on-Thames

 

J’aime ce sentiment de surprise permanente une fois la porte passée. Tout commence par le Gothic Revival Hall où étaient autrefois accueillis les juges de passage : grandiose, donc, décoré dans un style Strawberry Hill avec, en frise autour de la pièce, les blasons représentant les 34 mariages de la famille Stonor. La Blue Dining Room est tout autant fascinante. Notez, dans les photos ci-dessous, le papier peint, illustré des plus célèbres monuments parisiens, présentés comme s’ils avaient été tous construits les uns à côté des autres face à la Seine. Dans la Francis Stonor bedroom, un lit en forme de coquillage suscite l’étonnement : les spécialistes eux-mêmes n’arrivent à en placer l’origine. Suit la bibliothèque, riche d’une rare collection de Recusant books, ces ouvrages écrits par les Catholiques sous Elizabeth I, protestante.

La famille Stonor, catholique, ne renonça jamais à sa foi. La période de la Réforme aux années 1800 fut bien dure : persécution, pression politique, lourdes amendes (qui leur valut de vendre terrains et possessions autour de leur propriété) pour ne pas assister aux messes de la Church of England. Ils tinrent leurs positions, aidant même Edmund Campion à se cacher des autorités dans leurs greniers. Ce prêtre jésuite utilisa ce refuge pour imprimer quantité de pamphlets mettant en avant le catholicisme. Répits de courte durée : il fut capturé, torturé, exécuté… mais canonisé en 1970. La chapelle, bâtie au 13ème siècle, officie encore messes et mariages.

Pour l’anecdote : cette dernière fut bâtie sur un cercle de pierre préhistorique. De stone à Stonor, il n’y avait qu’un pas… Les pierres paraissent d’ailleurs sur leur blason. Celles qui ont survécu sont aujourd’hui au coin sud-est de la demeure.

 

Stonor House Henley-on-Thames Stonor House Henley-on-ThamesStonor House Henley-on-Thames shell bedStonor House Henley-on-Thames Stonor House Henley-on-Thames Stonor House Henley-on-Thames

 

11 h : rêverie dans les jardins de Stonor House

Des jardins à l’italienne qui évoquent l’idée d’un paradis fleuri… L’inspiration vient d’un tableau de la propriété, peint au 17ème siècle : une telle beauté qu’il fut décidé de leur redonner leur splendeur passée : Pleasure Garden avec bassins de style Renaissance et refuge japonais, Kitchen Garden aux parterres colorés, arches couvertes de roses ou de chèvrefeuille, pommiers, poiriers, pruniers cognassiers.

Les pétales évoquent des milliers de feux d’artifices, placés artistiquement, avec précision. Pourtant l’atmosphère, celle d’un jardin de campagne dont la vue s’ouvre sur le park, reste douce, apaisante. Avec un peu de chance, vous apercevrez l’un des 150 cerfs vivant ici. Quel plaisir de s’asseoir sur l’un des bancs romantiques, de préférence avec un roman. Ne manque qu’un serviteur muet et quelques scones pour compléter la scène.

Chapeau bas à l’unique jardinier qui gère le tout de main de maître !

 

Plus d’information : Stonor House

 

Stonor Park Gardens Henley-on-Thames Stonor Park Gardens Henley-on-Thames 2 Stonor Park Gardens Henley-on-Thames rose Stonor Park Gardens Henley-on-Thames 4 Stonor Park Gardens Henley-on-Thames 5 Stonor Park Gardens Henley-on-Thames 6 Stonor Park Gardens Henley-on-Thames lily

 


11 h : découvrir Henley-on-Thames au River and rowing museum

Ville iconique des bords de la Tamise. Sa régate, établie le 26 mars 1839, reçut le sceau royal lorsque le Prince Albert décida en 1851 d’en devenir le parrain. Elle est depuis connue dans le monde entier et se dénote, au même titre que Wimbledon et Ascott, comme l’un des rendez-vous sociaux de la saison. On y vient autant admirer l’excellence sportive que s’y faire remarquer. Ni jean, ni short, on l’aura deviné : l’évènement impose un dress code où canotiers, panamas et autres coiffes sont fortement encouragées.

Si cette compétition d’envergure (pas moins de 200 courses de bateau en 5 jours) attire chaque juillet des milliers des spectateurs, la ville organise d’autres rendez-vous sportifs de qualité : the Henley Women’s Regatta, Boat Races for women’s and lightweight teams between Oxford and Cambridge University, Henley Veteran Regatta, Upper Thames Small Boats Head pour n’en citer que quelques-uns.

Envie d’en savoir plus ? Le River and Rowing museum est une vraie mine d’information. Les galeries présentent les différents aspects de la rivière : habitat naturel pour la faune, flore, gestion et protection… Une vitrine explique le swan upping, le rassemblement des cygnes de la Tamise, une fois l’an. Ceux-ci sont protégés d’un décret royal depuis 1482 – voilà qui explique ces glorieux uniformes, ces manuscrits soigneusement remplis, ces nombreuses photos d’archive. Un pan du bâtiment détaille l’histoire de l’aviron de la Grèce ancienne aux Jeux Olympiques modernes. Quelle innovation sur les cent dernières années, les voici si fins, si légers qu’on en reste sans voix.

Le musée s’adresse à toutes les audiences. Les amateurs d’art découvriront avec régal les œuvres de John Piper, incroyablement créatif. Peintures, vitraux, céramiques, esquisses, textiles : pas un media qui ne l’aie inspiré. Sa palette de teintes, sa façon d’amener du relief à l’architecture valent nettement le détour : cette pièce même peut vous absorber une heure entière.

Vous venez en famille ? Les enfants adoreront la partie Le vent dans les saules, avec ses scènes reconstituées et ses modèles en 3D, certains grandeur nature, d’autres en miniatures. Immersion immédiate.

 

Henley-on-Thames River Rowing Museum Henley-on-Thames River Rowing Museum 4 Henley-on-Thames River Rowing Museum 2 Henley-on-Thames River Rowing Museum 3

 

13 h : déjeuner au café du musée

Le River and Rowing museum, vous l’aurez compris, coche toutes les cases. C’est aussi un musée indépendant, opérant comme une œuvre de charité. Comprenez que tous les bénéfices sont reversés dans le bâtiment, les expositions, les activités organisées. Inconvénient : aucun soutien du gouvernement, tout financement repose donc sur les entrées, la boutique, les dons et parrainages. Parlez aux équipes : leurs yeux s’allument lorsqu’ils partagent leur passion ou voient un visiteur revenir. Chaque penny soutien cette incroyable chaleur humaine, ce partage de savoir.

Faites-vous plaisir. Offrez-vous un livre, une illustration ou déjeunez au café qui propose des plats réconfortants, des parts de gâteau extra et a même du vin au menu. Se régaler, se détendre ET faire une bonne action, qui dit mieux ?

Le River and Rowing museum, vous l’aurez compris, coche toutes les cases. C’est aussi un musée indépendant, opérant comme une oeuvre de charité. Comprenez que tous les bénéfices sont reversés dans le bâtiment, les expositions, les activités organisées. Inconvénient : aucun soutien du gouvernement, tout financement repose donc sur les entrées, la boutique, les dons et parrainages. Parlez aux équipes : leurs yeux s’allument lorsqu’ils partagent leur passion ou voient un visiteur revenir. Chaque penny soutien cette incroyable chaleur humaine, ce partage de savoir.

Faites-vous plaisir. Offrez-vous un livre, une illustration ou déjeunez au café qui propose des plats réconfortants, des parts de gâteau extra et a même du vin au menu. Se régaler,  se détendre ET faire une bonne action, qui dit mieux ?

Plus d’information : River and Rowing Museum

 

Henley-on-Thames River Rowing Museum café

 

14 h : croisière sur la Tamise

Tenté ? Le musée est idéalement placé le long de la rivière, à deux minutes de marche de Hobbs of Henley, fiers de la plus large flotille de bateau de la Tamise. Au choix : barque avec rame (l’expérience la plus proche de la fameuse régate !), des bateaux électriques (de toutes tailles) avec chauffeur ou à manoeuvrer soi-même, des croisières (normales ou à thème : gin, jazz, afternoon tea, nature).

Difficile de résister aux maisons de rêves dressées au bord de l’eau ou sur de petits îlots : j’ai même vu des locals passer d’une rive à l’autre en paddleboard ! Le pont passé, vous voici sur le tracé de la régate. Selon la date de la visite, signes et marqueurs seront peut-être déjà en place : 1 mile et 550 yards entre le point de départ (Temple Island) et les arches de pierre marquant l’arrivée. Guettez donc les équipes en plein entrainement, filant gracieusement le long du courant. En un rien de temps, le vert éclatant de la campagne vous entoure – petits ponts, scènes poétiques, tracteurs… On serait bien tenté de troquer maison contre péniche et de jeter l’ancre là…

Plus d’information : Hobbs of Henley

 

Hobbs of Henley boat tour Hobbs of Henley boat tour 1 Hobbs of Henley boat tour 3 Hobbs of Henley boat tour 4 Hobbs of Henley boat tour 2 Hobbs of Henley boat tour 5 Hobbs of Henley boat tour 6 Hobbs of Henley boat tour 7 Hobbs of Henley boat tour 8 Hobbs of Henley boat tour 9 Hobbs of Henley boat tour 11 Hobbs of Henley boat tour 13 Hobbs of Henley boat tour 10 Hobbs of Henley boat tour 14 Hobbs of Henley boat tour 17 Hobbs of Henley boat tour 18 Hobbs of Henley boat tour 22 Hobbs of Henley boat tour 19 Hobbs of Henley boat tour 21 Hobbs of Henley boat tour 20

 

16 h : flâner à Henley

Les bords de la Tamise sont si agréables que l’on s’installera volontiers sur ses berges, 99 flake en main, regardant les bateaux passer. Cela dit, le centre historique vaut bien une balade, avec ses rangées de guirlandes, son abondance de fleurs (la ville est bien souvent gagnante de la compétition Britain in Bloom, après tout) et ses maisonnettes victoriennes.

Je me suis laissée distraire, je l’avoue, par les nombreux magasins d’antiquités d’Henley >> mon préféré reste le Way’s bookshops, riche en cartes vintage, pamphlets, Penguin books. Pourquoi ne pas rejoindre l’un des Midsomer Murders Location Tours ou suivre, les jours de grande soif, l’Ale trail, qui s’arrête dans 10 pubs ? A votre santé, donc !

Plus d’information : Visit Henley

Henley on Thames 5 Henley on Thames Henley on Thames 4 Henley on Thames 1 Henley on Thames 2 Henley on Thames 3

 


19 h : dîner à Shaun Dickens

Une carrière auprès de Raymond Blanc, Thomas Keller et Alan Murchison. Un restaurant récompensé d’une AA 3 Rosette peu après son ouverture. Un menu alléchant en semaine, £35 pour 3 plats, verre de vin compris. Des ingrédients frais, British, préparés avec élégance. Tout road trip se devant de finir sur une note joyeuse, je la choisirai gourmande. Shaun Dickens s’impose.

Le pain maison, servi avec un peu au paprika fumé, révèle d’emblée la créativité du chef. Prenez l’entrée, par exemple : de tendres billes de courge décorant des spaghettis de rutabaga. Cette émulsion, mousseuse à souhait ? Relevée d’une pointe d’estragon, qui allonge chaque bouchée. Suit une salade d’inspiration asiatique avec petites légumes marinés : champignons, carottes, oignons, poulet à la peau croustillante et poulpe grillée. Ajoutez un bouillon clair, un parfum de citronnelle énivrant : du théâtre culinaire ! Le dessert, une réinvention du cheesecake, se fit aussi poétique : goutte de gelée de sureau, graine de tournesol confites, fleurs comestibles. A savourer avec la plus petite cuillère possible, pour faire durer le plaisir.

Shaun Dickens rappelle en saveurs que tout moment se doit d’être célébré.

 

Plus d’information : Shaun Dickens

 

Thames Path Henley Shaun Dickens Thames Path Henley Shaun Dickens 1 Thames Path Henley Shaun Dickens 2 Thames Path Henley Shaun Dickens 3 Thames Path Henley Shaun Dickens 4

 

Enchanté par cette aventure le long de la Tamise ?

Cette carte indique les lieux visités au long de ce voyage.

Pour plus d’information, direction le River Thames website !

Share:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *