Médias Sociaux : 5 leçons apprises à TBEX

 

tbex ireland plane aer lingus

 

TBEX. Travel Blog Exchange. Et oui, les blogueurs voyage aussi ont leur conférence : il s’agit, après tout d’une industrie, en perpétuelle évolution qui plus est. Il faut considérer l’évènement comme une relation triangulaire, où chacun trouve équitablement son compte. D’un côté, l’organisateur, qui choisit 3 destinations par an (Europe, Afrique, Amérique du nord) et travaillera avec l’office de tourisme local pour proposer aux influenceurs des excursions, des rencontres, des dégustations. Des centaines d’influenceurs vont investir : ticket pour assister au séminaire, billet d’avion, logement, location de voiture… quitte à rester quelques jours ou quelques semaines de plus pour mieux encore couvrir la région ou même le pays. Ils vont, bien sûr, en partager la beauté en écrits, en émotions mais aussi en photos, vidéos, #. Il y aura, entre deux aventures, des ateliers couvrant le présent et le futur des médias sociaux, des opportunités de networking, que ce soit avec de grands noms du monde digital ou des compagnies. L’échange de connaissance, est si vous y réfléchissez, assez fascinant.

J’ai rejoint la dernière édition de TBEX, il y a quelques semaines, en Irlande. Je n’étais pas sûre que l’évènement s’adressait vraiment à moi, quel niveau fallait-il avoir pour vraiment en profiter ? Aucun en particulier, finalement. Le panel de session est assez varié pour que chacun y trouve son compte : écrits créatifs, faire d’un plateforme un véritable tremplin, travailler avec les marques, améliorer son SEO. L’art des médias sociaux s’affine en continu, les algorithmes changeant sans cesse : recevoir de première main les conseils d’experts est précieux. Le speed networking est similaire à celui de TravMedia ou WTM, avec bien sûr, un accent sur la destination choisie pour accueillir la conférence. Autre point fort ? Les intervenants, des blogueurs ayant développé un véritable empire, sont facile d’approche. Aucune culpabilité donc, à leur poser tout une liste de questions, même basiques… S’est tissée ici une communauté chaleureuse, vraiment basée sur l’entraide. Voici quelques points clés abordés à l’occasion. Food for thought, diraient les Anglais !

 

Le B word

Il est bien loin le temps où un blog était un simple passe-temps… Amis, famille s’en amusaient, souriaient. Certains trouvèrent leur plume, leur signature en mot ou en image. Soudain il y eut une audience, des followers, des fans même. Les marques y virent un potentiel >> les blogs devinrent business et nous éditeurs, photographes, stylistes, secrétaires, relation presse, comptables, tout à la fois. Aujourd’hui, on commence un blog avec une stratégie en tête.

Les médias, souvent, nous donne mauvaise presse. Les journalistes nous trouvent superficiels, à prendre tant de photos, de selfies, refusant parfois de faire les voyages presse avec nous. Il n’est, pourtant aucune concurrence : nous ne faisons pas le même métier. Un journaliste sait manier l’art de la composition, trouvera les mots qui touchent, qui claquent, saura adopter le ton de son magazine (pas si facile !). Un blogueur sera souvent plus sur le vécu, la joie de vivre, l’évasion, plus proche de son audience aussi : le ton est autre. Les deux publications se complètent.

Le public, du coup est partagé. Ces images de rêve que nous partageons, c’est donc notre vie, 24 h sur 24. Des vacances en continu. Nous écrirons donc quelques lignes en échange, waouh, c’est facile : les blogueurs ont tout gratuit ! Pourtant cette photo, que vous avez admiré, ne représente parfois qu’un court instant de notre journée. Nous avons juste su choisir les quelques minutes les plus pétillantes… Au-delà, soyons clairs pour tout voyage ou soirée : il y a un avant (des mois à développer une relation avec une marque, des entretiens professionnels, des négociations parfois), un pendant (prendre des notes, mitrailler de photos, de vidéos, partager sur les médias sociaux : nous mangeons bien souvent froid, ce que nous reproche les chefs et pas question de boire trop, forcément. Ce magnifique cocktail posté sur Instagram ne veut pas dire que nous en avons siroté toute la nuit !) et un après (éditer les photos, faire des recherches complémentaires, écrire, partager de nouveau sur les différentes plateformes…). On s’étonne pourtant que l’on demande salaire en dehors de l’expérience. Les journalistes en ont bien un… Est-ce vraiment vendre son âme au diable, comme je l’entends parfois ?

Lassé du sourire un brin moqueur accompagnent le mot blogueur, nous nous réinventons. La vitesse à laquelle les médias sociaux nous permet d’être plus créatifs : influenceurs, vloggers, auteur, travel writer, photographe… Nous avons un site web, un portfolio. Tout sauf le B word !

 

Travailler avec les marques

On commence un blog en se disant que d’ici quelques mois, les invitations commenceront à tomber dans la boîte mail. Pas si facile ! A moins d’afficher un nombre conséquent de followers ou d’être vraiment niche, ce n’est pas gagné. Soyons honnêtes : la compétition est conséquente, de nos jours.

La première erreur : attendre qu’une bonne nouvelle tombe toute seule. Voilà qui limite sérieusement vos options ! Victoria et Terrence de Follow me away (dont les photos offrent une féerie incroyable) ont partagé leurs astuces à TBEX Ireland. Beaucoup de bon sens… qu’on n’applique pas forcément. Mettre ses statistiques dans le corps du mail plutôt que dans une pièce jointe, par exemple. Mettons-nous à la place de l’interlocuteur : un message avec PJ d’un inconnu peut très bien contenir un virus. Il risque d’être mis de côté puis oublié ou effacé directement. Tout occupés à nous présenter, nous en oublions souvent de parler de la marque, de montrer que nous comprenons sa philosophie, de proposer un projet plutôt que de demander un échange expérience contre article… Posez des questions ! ajoutèrent Victoria et Terrence. Ils avaient raison. En inversant le sens de la discussion lors des speed networkings, j’ai non seulement appris bien plus des actualités de la marque mais aussi pu aller au-delà du pitch, commencer une relation.

 

Repenser sa stratégie SEO

Le travail d’un blogueur n’est jamais terminé. Qu’importe la magie de votre article, que vous l’ayez partagé sur FB, Twitter, Instagram si vous n’en avez pas travaillé le SEO. La force obscure du web… dont la complexité m’ennuie à mourir ! A TBEX, j’ai réalisé que je pouvais changer de technique. Essayer de tout maitriser d’un coup était voué, dans mon cas, à l’échec. On peut tout à fait, se familiariser avec quelques points (se concentrer sur plusieurs key words plutôt qu’un, par exemple), les appliquer, les affiner… puis repasser dans ses articles clé, disons les 50 recevant le plus de visite et les améliorer même quelques mois plus tard. Ils n’en auront que plus d’impact et Google les remontera dans son classement.

 

Avoir une foule de followers ne suffit plus

Ouf ! Il n’est rien de plus déprimant que de réaliser que malgré tous vos efforts pour améliorer vos statistiques, malgré la qualité de vos posts… que de recevoir le message d’une marque annonçant que seuls les influenceurs affichant plus de 10k sur Instagram les intéressent. Les followers, ça s’achète, malheureusement ! Il y avait, jusqu’ici, peu d’effort pour différencier ceux d’entre nous progressant organiquement et ceux prenant des raccourcis saisissants.

Gary Arndt d’Everything Everywhere le disait avec humour à TBEX : J’entends les gens dire “J’ai 16 000 followers”. Oui, ok, bien sûr : c’est un bon chiffre. Juste, ce n’est pas ce que mettrais sur ma pierre tombale. Bien résumé. Bien sûr, l’idée est d’atteindre un maximum de lecteurs : pour mieux partager, par pour l’égo ! Les marques réalisent enfin, lentement, qu’il leur faut regarder la qualité de l’échange entre l’auteur et son public. 10k, oui, c’est admirable… si l’on arrive à discuter avec ses lecteurs.

Attention, ce n’est pas pour autant partie gagnée. Teatime in Wonderland est écrit en français (.fr) et en anglais (.co.uk). Si du côté français, l’audience est au rendez-vous, les Anglais eux passent mais commentent peu. Il faudra donc mieux travailler la communication, ouvrir et prolonger les conversations, rejoindre des groupes d’échange. Pour la bonne cause : apprendre à mieux connaitre ce qui nous suivent, pardi !

 

Hésiter mais foncer quand même

Une leçon de vie, somme toute. Elle vaut toutefois la peine d’être considérée si vous avez atteint un plateau. C’est peut-être l’occasion d’essayer quelque chose de nouveau et de sortir de sa zone de confort. Dans mon cas… parler à la caméra pour les instastories, passer au manuel sur mon Canon, tenter un peu d’aventure (kayak, wild swimming, faire 100 km en vélo…) alors que je ne suis pas sportive. Après tout, pour mieux inspirer nos lecteurs, il faut bien montrer l’exemple et pousser nos propres limites !

 

Et vous? Un conseil clé à partager?

 

Share:

24 Comments

    • Chocoralie
      2 Nov ’17 / 16:30

      @Girls n Nantes Eva Heureusement, Instagram essaie de canaliser et virer les robots en ce moment… C’est un début!

  1. Melily
    2 Nov ’17 / 15:38

    Tres chouette article. C’est vrai que les marques cherchent de gros influenceurs. Heureusement que certaines n’en tiennent pas compte. Car leme si nous sommes de petites blogueuse notre travail n’en est pas moin bon.
    Bisous

    • Chocoralie
      2 Nov ’17 / 16:31

      @Melily Les marques commencent aussi à faire “un mélange” – quelques gros influenceurs pour la portée large, quelques influenceurs “moyens” pour le dialogue. Ouf!

  2. 2 Nov ’17 / 17:51

    Je suis peut-être naïve mais personnellement j’ai toujours écrit mon blog par passion, peu importe les partenariats (si on m’en propose c’est bien sinon tant pis) et j’ai toujours du mal à le concevoir comme un business !
    C’est vrai qu’heureusement que certaines marques commencent à ne plus penser qu’en terme de nombre de followers, je connais tellement de “petits” blogs qui me semblent bien meilleurs que certains gros influenceurs…

    • Chocoralie
      2 Nov ’17 / 20:59

      @cathy J’ai commencé comme toi! Puis j’ai eu envie de le faire à plein temps. Et là… il faut changer un brin de méthode, forcément. Ca ne m’empêche pas de conserver ma passion 🙂

    • 6 Nov ’17 / 08:19

      Je rejoins Cathy. Je ne serai pas contre d’en vivre, mais je n’ai jamais cherché à en vivre (je ne sais pas si on saisit bien la nuance). Pour moi, le plus important, c’est le partage. Je préfère de loin suivre un “petit” blog, avec une personne honnête, proche de ses abonnés, qu’un “grand” blog où la personne sélectionne son public.
      Après, il y a également l’inverse, et heureusement, le nombre d’abonnés ne fait pas tout.
      Merci pour ton compte-rendu 😉
      Bonne journée
      Elsa

    • Chocoralie
      8 Nov ’17 / 14:35

      @Louloutediary J’aime l’idée du blog comme… portfolio, tremplin. Une sorte de CV en ligne, finalement avec un peu plus de magie! Je me demande si on choisit son public. On choisit sa plume, sa niche… la diversité du public (non acheté, j’entends) est parfois plus surprenant qu’on ne s’y attend!

  3. 2 Nov ’17 / 20:20

    hello, un super article qui dis tout haut ce qui se pense tout bas ! Ras le bol des achats de followers qui dans le moyen terme ne sers à rien du tout ! Heureusement, les marques et les réseaux du style instagram ont repérés le soucis. Il y a un grand tri à faire sur la blogosphère et merci aux médias qui ont fais une très mauvaise communication sur notre travail.

    • Chocoralie
      2 Nov ’17 / 21:01

      @Mon train-train girly Ah, la représentation des bloggers dans les documentaires télé… Stéréotypée à mort… Au secours!

  4. 2 Nov ’17 / 23:17

    Coucou,
    Oh voilà un chouette article ! Effectivement les marques font trop souvent attention au nombre de followers alors qu’en réalité, un influenceur qui trufferait ses articles de fautes d’ortho ne valoriserait pas la marque…. A quand une chance pour les petits blogueurs aussi ? Heureusement que certains marques nous font confiance, car on fait le même job au fond 🙂
    Des bisous à toi !

    • Chocoralie
      3 Nov ’17 / 09:33

      @Serena Je crois que les petits bloh=gueurs ont leur chance s’ils ont bien travaillé leur niche… Comme tu le dis, tout est question aussi de présentation. Au début, je prenais toutes mes photos… en diagonale, j’aimais bien. Oh la la, quand je les recroise! On apprend, on affine continuellement, donc un site qui a quelques années déjà, qui est bien ancré, aura aussi une valeur, même “petit”.

  5. 3 Nov ’17 / 09:32

    Coucou !
    Je ne connaissais pas du tout ce genre de conférence et j’ai appris plein de choses ! Je ne pensais pas qu’on devait se concentrer sur les 50 articles qui apportent le plus de vues. Pour ma part j’essaye de tous les retravailler mais comme j’en ai tellement je perds vite patience ! Je vais donc commencer mon retravaille par les plus vues !

    • Chocoralie
      3 Nov ’17 / 09:37

      @Comme on est Tu n’es pas obligée de te concentrer “juste” sur les 50 articles ayant plus de vues… à toi de choisir le chiffre clé. Tu peux aussi retravailler ceux qui ont le “moins” de vue – il faut voir ceux qui auront le plus de chance auprès du public, organiquement, aussi. S’ils ont déjà marché “sans effort”, un coup de SEO les fera encore mieux monter!

  6. 3 Nov ’17 / 09:43

    C’est top qu’il existe ce genre de conférence ! J’aimerais avoir des ateliers à Lyon pour m’aider à développer mon blog (même si je ne veux pas en vivre, j’aimerais qu’il soit + vu, comme tout le monde) ! Merci en tout cas pour tous tes conseils !

    • Chocoralie
      3 Nov ’17 / 16:36

      @Julia Heureusement, on apprend aussi beaucoup des autres bloggers au fil des rencontres… C’est plus long, soit, mais on avance quand même! Je te souhiate beaucoup de réussite 🙂

  7. 3 Nov ’17 / 18:16

    Coucou 🙂 Tu as raison quand tu dis que souvent, les marques recherchent des influenceurs avec énormément de followers. Et pourtant, il y a plein de blogs plus petits et de bien meilleure qualité ! Avec davantage de dialogue, plus à l’échelle humaine.
    Personnellement, je blogue par passion depuis des années. Je n’ai aucune envie d’en faire mon métier ou d’avoir une ribambelle de partenariat mais ca fait toujours plaisir de savoir que notre blog et peut intéresser des marques ^^
    Pour le SEO, c’est vrai que j’essaie d’y faire attention (sans pour autant que ca se voit dans mes articles). Je ne connaissais pas du tout ce truc au début mais c’est vrai que ça peut aider.

    • Chocoralie
      4 Nov ’17 / 00:05

      @annafaitsonblog Bravo, tu as su conserver ta passion! Beaucoup abandonnent au bout d’un an, lassé. Il faut trouver le bon équilibre…

  8. 4 Nov ’17 / 17:15

    Merci pour tous ces conseils, notamment pour le SEO je m’en sors pas du tout. Et c’est vrai que niveau partenariat j’attends toujours que ça tombe tout seul et je n’ose jamais aller vers les marques car je me dis que ma démarche serait un peu hautaine mais au final c’est vrai qu’un bon nombre de blogueurs le font 🙂 A testé donc

    • Chocoralie
      8 Nov ’17 / 14:32

      @Linda Crush Il y a tellement de choses à gérer de front pour un blog qu’il est parfois difficile de savoir par où commencer! Les marques n’ont pas forcément le temps de faire un repérage approfondi. Mais… leur proposer un projet en alliance avec leur philosophie n’est pas forcément hautain : ce peut être une belle opportunité pour les deux.

  9. 5 Nov ’17 / 14:33

    Coucou
    Je n’ai jamais compris ces personnes qui achetaient des abonnés, je trouve ça ridicule…
    Pour moi, blogger est un plaisir, mais comme je veux devenir journaliste web, c’est aussi un moyen de me familiariser avec le web en faisait ce que j’aime c’est une expérience 🙂

    • Chocoralie
      8 Nov ’17 / 14:38

      @Like a princess J’imagine que c’est comme les mafrques qui achètent des mailings lists. Un côté plus business que passion… Journaliste web, belle description!

  10. 10 Nov ’17 / 20:00

    Le Tbex avait l’air vraiment très intéressant 🙂 Je suis plutôt sur un blog mode et lifestyle, mais je suis agent de voyage de métier en dehors du blog, et on passe beaucoup de temps à réfléchir à comment travailler avec les blogs de voyage, comment choisir, etc. Merci pour cet article très intéressant ! Et courage avec le SEO moi même je suis souvent perdue :’)

    • Chocoralie
      15 Nov ’17 / 14:23

      Si l’évènementiel est effectivement tourné vers le voyage, côté ateliers et connaissances générales, les thèmes s’adressent à tous! Rendez-vous l’a prochain, peut-être, du coup…?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *