Roadtrip en Islande

 

Elle me semblait si loin, l’Islande. Une terre magique, inaccessible. Si belle qu’elle paraissait irréelle.

Un jour, on se lance. On choisit des dates, on prend son billet.

Finalement, ce n’est pas si cher – 140 £ l’aller-retour. Finalement, ce n’est pas si loin – la capitale, Reykjavik, n’ est qu’à 3h15 de vol de Londres avec Icelandair – des lows cost (Wow, Easyjet) s’y rendent aussi mais comparez bien car les bagages seront en plus du prix de base… Le rêve commence déjà. On feuillette le Lonely Planet, considéré le meilleur guide sur l’Islande. Il est, en effet, ultra-complet, user-friendly et bourré d’humour. Pour avoir travaillé sur les guides sur les parcs nationaux de l’Ouest Américain et Vienne pour Hachette, j’apprécie pleinement les heures de travail  pour compiler autant d’information en gardant sa passion…

Et puis voilà. On se retrouve sur place, valise en main. On y croit à peine. On monte dans une jeep (Grand Vitara – 360 £ pour 5 jours). C’est un voyage express, un avant-goût pour revenir au plus vite. Une fois sorti de la ville, le paysage change, se couvre de mousse. Les arbres se raréfient. Il est déjà tard, nous sommes en septembre, la nuit tombe. Arrêt rapide au parc national

Thingvellir. C’est ici que les Vikings ont établi leur tout premier parlement en l’an 930. La vallée est en fait fissurée par les plaques tectoniques américaines et eurasiennes, qui ont entrainé cette myriade de lacs, d’étangs, de cascades. L’Islande, vous voyez, est vraiment le pays des cascades. Vous en verrez des centaines, de toutes tailles.

Et le soir? Nuit à l’Hotel Gulfoss.

 

Thingvellir National Park Iceland Thingvellir National Park Iceland Thingvellir National Park Iceland Thingvellir National Park Iceland

 

Jour 2! Premier arrêt, Geysir et son… geyser (easy guess). Les touristes attendent, appareil photo en main, les yeux (ou/et l’objectif) rivés sur l’eau bouillonnante. Et pourtant, à chaque fois, ils sont pris par surprise. Le temps de réaliser la taille des bulles, le jet s’est déjà lancé à 15, parfois 30 mètres dans les airs…

 

 

iceland Geysir iceland Geysir iceland Geysir iceland Geysir iceland Geysir

 

Plus loin se trouve Gullfoss, l’une des plus belles cascades du pays, chute brutale de 32 mètres. Regardez bien, en fait, une double cascade enveloppée d’une brume qui danse et tourbillonne dans les airs. Les beaux jours, les arcs en ciel sont au rendez-vous, le soir, l’eau prend des reflets dorés…

 

Iceland Gulfoss waterfall Iceland Gulfoss waterfallIceland Gulfoss waterfall

 

Dans le bingo des cascades, la suivante sur la liste est Skógafoss – 62 mètres, une musique fabuleuse qui force l’admiration. On dit qu’un hermite aurait caché un coffre d’or derrière cette chute. Attention, n’approchez que protégé d’un imper au risque de vous retrouver trempé! Un chemin mène jusqu’en haut de la colline et permet de l’admirer de dessus. Quelle intensité!

Et le soir? Dîner sur le trajet du retour… dans un lieu inattendu, le minuscule mais délicieux restaurant éthiopien, Minilik. Nuit à l’Hotel Gulfoss.

Skogarfoss waterfall iceland Skogarfoss waterfall iceland

 

Jour 3! Départ au tôt matin, avant même que le jour se lève, sous une pluie battante. Pour rejoindre le nord de l’Islande, nous empruntons la route F35, à travers les Highlands. Les terres étaient si désolées, si rudes, qu’elles ne furent vraiment explorées qu’au 19ième siècle. Les hors-la-loi y était exilés et la population convaincue que la région était hantée.

Elle ferme fin septembre pour rouvrir en juin – il faut dire que les rivières débordent facilement sur la route. Il vous faudra donc un 4×4 pour l’emprunter – comme sur pour toutes les routes F, d’ailleurs. Celle-ci secoue sur mmmh, 200 km environ, effet shaken not stirred.  Nous ne croiserons sur le trajet… qu’une seule voiture. Autant vous dire que, sans station-service sur le chemin, mieux vaut ne pas tomber en panne.

Au-delà, l’expérience est… lunaire, le paysage étant, littéralement déchiqueté. Le regard s’habitue, décèle peu à peu la végétation, de minuscules feuilles d’un jaune éclatant. Le vent n’étant arrêté par, voyons… rien, se révèle assez cinglant. La nature, sauvage, authentique, sans prise humaine à part. Et surtout, une extraordinaire sensation d’être seul au monde, de faire le vide.

La pluie, enfin, s’arrête. Nous en profitons pour faire une pause à Hverallir,

une petite station géothermale au milieu de ce no man’s land. A l’horizon, rien sinon les montagnes enneigées, rien et soudain, un nuage de vapeur, c’est par là! Une passerelle en bois mène à travers les fumeroles, les mini-geysers, les flots de lave aujourd’hui figés. Frigorifié? Qu’importe, il suffit de se laisser envelopper par l’un des pans de fumée, à la légère odeur de soufre, pour retrouver ses couleurs… Le luxe? Profiter de la piscine en accès libre, alimentée par deux tuyaux venant directement des sources alentours: l’un amène l’eau chaude, l’autre l’eau froide. A vous de réguler la température à votre guise. Avouez que le cadre est extraordinaire!

Passé Hverallir, la nature reprend peu à peu ses droits. Une mousse épaisse, entre vert et roux, vient recouvrir les pierres volcaniques. Y poussent aussi quantité de champignons, humidité oblige. La route atteint finalement le réservoir de Blöndulón, qui dessert la station hydroélectrique de Blanda.

Et puis soudain, pluie et soleil se rencontrent. C’est une autre magie de l’Islande, admirer le paysage multi colorisé, les arcs-en-ciel s’étalant souvent sur toute une vallée ou jouant en parallèle l’un de l’autre. Les couleurs vibrent différemment aussi, un côté néon, presque…

Les aurores boréales? On commence à les voir fin septembre. De ces particules solaires, attirées par les pôles magnétiques terrestres, surgissent des arcs luminescents une fois en contact avec l’atmosphère. Nous en avons aperçu à Akureyri (il faut toutefois s’éloigner un peu de la ville) et à Villanes. Comment décrire ces rideaux lumineux? Comme si la musique, soudain, dansait soudain sous vos yeux…

Et le soir? Nous passons la nuit à l’Hotel Akureyri, confortable, en plein centre et dont le bar sert des craft beer islandaises (dont l’excellente Myrkvi, une porter de la Borg Brewery). Le centre ne manque pas de restaurant. Les menus proposent à l’occasion baleine et macareux. Tentant… mais la curiosité vaut-elle vraiment le coup, ces animaux étant toutefois en nombre limité?

 

Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir  Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Hveravellir Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland Highlands Kjölur route iceland

Jour 4! Promenade dans Akureyri avec ses maisons au style colonial, ses soudaines tâches de couleur, sa cathédrale brutaliste, Akureyrarkirkja avec une pause gourmande pour se régaler, comme les enfants, de buns à la cannelle, au glaçage chocolat ou caramel…

 

Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland Akureyri, iceland

Et puis, se lancer sur la Route 1 qui fait le tour de l’île, pique-niquer devant les cascades de Godafoss. La légende? En l’an 1000, l’Islande s’interroge sur la religion officielle à adopter. Thorgeir, l’orateur officiel, se décide après 24 heures de méditation, tranche pour le christianisme et aurait jeté toutes les représentations de déité nordiques en sa possession dans la chute…

 

road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland

iceland godafoss

 

Direction le lac Mývatn, qui mérite à lui seul quelques jours de randonnées. A ses abords, on trouve par exemple Skútustaðagígar, des pseudo cratères. Bien qu’ils ressemblent à de mini-cratères, il s’agit plutôt de vallons de lave dans lesquels se sont produits des explosions de gaz, d’où l’effondrement… Un peu comme du papier bulle, façon volcanique!

 

Skútustaðagígar Mývatn Iceland Skútustaðagígar Mývatn Iceland Skútustaðagígar Mývatn Iceland Skútustaðagígar Mývatn Iceland Skútustaðagígar Mývatn Iceland Skútustaðagígar Mývatn Iceland

Nous remontons le lac par l’est, jusqu’à Höfdi – sur la vague de lave a poussé une forêt de sapins et de bouleaux, un paysage doux qui attire les oiseaux migrateurs. Du haut de la petite colline, on réalise à quel point l’eau est transparente!

 

Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland Höfdi mývatn iceland

La région est une vraie succession de trésors géologiques… comme Dimmuborgir, où la lave s’est refroidie en piliers, comme les tours d’un château mystérieux. L’explication? Imaginez un lac qui commence à bouillir, lance des jets de vapeurs, projetant la lave qui tente de recouvrir la surface, celle-ci se figeant instantanément. Et oui, ces colonnes sont… creuses!

 

Dimmuborgir mývatn iceland Dimmuborgir mývatn iceland

Vous êtes fan de Games of Thrones? On s’y croirait, non? Vous ne croyez pas si bien dire. A quelques minutes de route, on tombe sur une fissure. La roche est entièrement soulevée, craquelée et il est possible de s’y faufiler pour y admirer une eau bleue, cristalline, à 45 deg C. Il est, toutefois, interdit de s’y baigner. C’est ici, à Grjótagjá, que Jon Snow et Ygritte passèrent leur première nuit.

 

Grjótagjá mýtvan iceland Grjótagjá mýtvan iceland Grjótagjá mýtvan iceland

Vers le nord du lac Mývatn, l’activité géologique se fait plus nette. Les hommes, bien sûr, cherchent à utiliser, canaliser cette puissance naturelle. Les projets marchent, ou pas. Les fermiers ayant tenté de cultiver les terres alentours se sont retrouvés avec des pommes de terre… déjà cuites. De l’usine de diatomite de Bjarnaflag ne reste par exemple que ce fascinant bassin bleu turquoise dont l’eau est particulièrement toxique.

 

Bjarnaflag mývatn iceland

Pour mieux comprendre la région, il faudra faire une pause à Hverir. D’un côté de la colline, on aperçoit un immense jet de vapeur. De l’autre, les chaudrons de vase grise bouillonnent, la terre fume ou se craquelle, l’air sent le sulfure. Entre Disneyland géologique et incroyable galerie d’art à ciel ouvert…

 

Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland 93 Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland Hverir mývatn iceland

Spectacle un peu triste toutefois que la centrale de Krafla. Oui, bien sûr, j’en comprends tout le potentiel du point de vue ressource. Je reste impressionnée par l’ampleur côté logistique. Mais ce paysage, harnaché, tuyauté, exploité fait un peu mal au cœur, non? Au bout de la route, on se consolera en admirant le cratère empli d’eau de Viti.

 

Krafla mývatn iceland Krafla mývatn iceland Krafla mývatn iceland viti

Une dernière visite avant de rejoindre notre logis – Dettifoss, mais oui, une autre cascade. Niagara semble depuis longtemps battu à plate couture! De là, un chemin vous permet de rejoindre sa petite soeur, Selfoss.

Et le soir? L’Islande aussi a ses Airbnbs! Si vous en cherchez un près de Vallanes, je ne peux que recommander celui d’Elsa, confortable et très accueillant.

 

road 1 iceland road 1 Iceland dettifoss iceland waterfall dettifoss iceland waterfall dettifoss iceland waterfall

Jour 5! Au matin, nous empruntons le sentier près de l’Airbnb. Au-delà de la forêt s’étend le troisième plus grand lac d’Islande, Lagarfljòt. Comme le Loch Ness, celui-ci abriterait un monstre marin, une sorte de serpent géant…

 

Lagarfljót iceland Lagarfljót iceland Lagarfljót iceland Lagarfljót iceland Lagarfljót iceland Lagarfljót iceland
De là nous reprenons la route 1. Incroyable torture car le temps, à présent, nous est compté mais les vues sont irrésistibles, il faudrait pouvoir s’arrêter toutes les 5 minutes! Ne reste qu’à prendre des notes, se promettre de revenir, vite, plutôt en été car fin septembre, musées et attractions dans les villages ferment pour l’hiver.

 

road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland road 1 iceland

Islande, pays des cascades, des arcs-en-ciel mais aussi… des glaciers. A défaut de s’aventurer sur l’un d’eux (lors d’une prochaine aventure, qui sait), ne ratez pas le lagon de Jökulsárlón, que vous avez aperçu, déjà, dans Die Another Day. Y flottent des icebergs aux teintes bleutées, zébrés de noir. On les entend fondre – plic… ploc… – des gouttes tombant d’une pointe dans un miroir d’eau. Occasionnellement, l’un deux se brise. Un son incroyable, dramatique, une fissure au cœur, forçant à retenir son souffle. Suit un mouvement de bascule lent et théâtral. Des éclats sont entrainés par le courant, viennent s’échouer sur la berge. On peut prendre 1000, 2000 photos sans se lasser de cette beauté givrée…

Et le soir? Dîner sur le chemin, à l’Hotel Skaftafell qui propose le samedi soir un buffet à volonté génial (avec saumon et agneau marinés, notamment) Nuit à l’Hotel Edda sur Vik qui propose dans une chambre-bungalow à moins de 100 £ la nuit.

 

Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland Jökulsárlón iceberg iceland

Jour 6, et temps de départ. Impossible toutefois de reprendre l’avion sans passer par le Blue Lagoon, un bassin géothermal d’un bleu turquoise laiteux, 70% d’eau de mer, 30% d’eau fraiche, 38 deg. C. Par beau temps, on se croirait dans les tropiques, rajoutez qu’un bar vous permet de siroter un cocktail directement dans la lagune.

Et par temps de tempête, alors que les cascades sur le chemin s’envolaient à l’horizontale  et que pluie et vent font un effet grêle sur la peau? Le Blue Lagoon offre trois choix ;
– Vous abandonnez et vos 40 Euros sont remboursés
– Vous tentez l’expérience et vous ressortez sous moins de 45 mn (le temps de se changer compris), vos 40 Euros sont remboursés
– Vous y allez coûte que coûte et restez le temps souhaité comme prévu.

Bien pensé – nous avons saisi l’opportunité d’avoir un aperçu rapide et oui, sans aucun doute, j’y retournerai à un prochain passage… avec du soleil j’espère et une coque waterproof pour mon téléphone.

Bref. Je suis amoureuse. Prochain voyage? En décembre, quelques jours pour découvrir la capitale. Si vous avez des conseils, des bonnes adresses, laissez-moi un petit mot!

 

blue lagoon Iceland

12 Comments

  1. 13 Oct ’15 / 18:29

    Je n’ai pas d’autres mots que : WAHOUUU ! Et je ne pense même pas qu’il s’agisse d’un vrai mot, mais c’est le seul qui me vienne à l’esprit en voyant tes photos. Plus je vois des photos d’Islande, plus je crève d’envie de découvrir ce pays…

    *bave honteusement devant son écran*

    • Chocoralie
      Author
      13 Oct ’15 / 19:25

      @Tiphaine et pourtant… mes photos sont assez moyennes, il m’aurait fallu plus de temps pour apprivoiser cette lumière et la brume des cascades. Et oui, le mot qui convient, pour l’Islande c’est WAHOUUU!

  2. 13 Oct ’15 / 19:20

    C’est magnifique, merci pour toutes ces photos ! C’est un pays que je rêverai de visiter. ^^

    • Chocoralie
      Author
      13 Oct ’15 / 19:26

      @Cherry Wood Lance toi – ça vaut tellement le coup…

  3. 14 Oct ’15 / 06:01

    Comment te dire, j’ai le coeur au bord des larmes car je suis à l’aéroport de Edimbourg pour retourner sur le continent alors je peux t’assurer que le moral….
    T’es photos, ton article m’ont permis de m’échapper de cette tristesse, merci

    • Chocoralie
      Author
      14 Oct ’15 / 19:55

      @Bellis Winter Jamais on ne m’a fait plus beau compliment…

  4. 14 Oct ’15 / 13:28

    Quel beau voyage !
    Tes photos sont magnifiques et m’ont fait revivre de bons moments… Pour moi l’Islande, c’était en 2013, 7 mois… Ton article m’a fait du bien ! Alors, merci !
    Loreline

    • Chocoralie
      Author
      14 Oct ’15 / 19:55

      @Loreline 7 mois? Comme je t’envie!

  5. 14 Oct ’15 / 21:54

    Nous y avons passé 10 jour en avril ! Une parenthèse en dehors du temps qui nous a marqué à jamais ! Nous y retournerons aussi ! j’ai été très surprise de voir tes photos car les nôtres sont toutes enneigées pour les mêmes lieux, incroyable !

    • Chocoralie
      Author
      14 Oct ’15 / 22:42

      @pholisophie J’avoue, je m’attendais à avoir plus froid et à croiser plus de neige… Apparemment l’été avait été frisquet!

    • Chocoralie
      Author
      20 Nov ’15 / 23:19

      @Sironimo Merci – j’y retourne quelques jours en décembre!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *