Fifth Floor restaurant – Menu d’automne chez Harvey Nichols

Je n’avais déjeuné qu’une seule fois au restaurant d’Harvey Nichols, il y a bien longtemps. En 2004, exactement, mon manager et son épouse m’y avait invitée en remerciement de mon aide quant à leurs voyages en Europe. J’avais, à l’époque, un salaire modeste. Knightsbrige. 5ième étage. Le repas était somptueux. Le sommelier hors pair. Epoustouflant. Une parenthèse luxueuse dont les images sont encore précises dans mon esprit à ce jour…

J’ai eu, tout récemment, l’occasion d’y retourner. La magie était-elle au rendez-vous? Absolument. La même élégance et un perfectionnisme qui me laisse sans voix. Un bel espace lumineux, vue sur le buzz du quartier, des fleurs sculpturales posées sur les tables. Une équipe attentionnée qui veille au moindre détail, jusqu’au ballet idéal, à la minute près, des mets et des vins.

Lecture du menu, un vrai poème. Les cocktails arrivent. Nous venions de goûter dans la Food Court, à l’entrée du restaurant, la vodka française FAIR, issue du commerce équitable et produite dans la région de Cognac à partir de… quinoa. Une pureté incroyable, surtout lorsqu’on considère qu’elle n’a eu besoin que d’une distillation! Curieux, nous avions demandé un Knightsbridge FAIRytale, à base de cet alcool. Un avant-goût de Noel dans cette alliance de girofle, d’anis étoilée, de citron vert… Toujours dans un esprit exotique, nous avions également choisi le Coconut & Basil mojito – crémeux, deux rhums (Kanu et Havano Bianco), le tranchant du basilic, un trait de jus de citron et pour l’extra-ordinaire, du sirop de safran… Des créations originales et parfaitement équilibrées qui éveillent le palais à la complexité des plats à venir…

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
Le menu d’automne – qui se décline en 7 étapes et existe aussi en version végétarienne – nous ravit d’emblée. Certains plats intermédiaires (amuse-bouche, granité…) sont les mêmes pour tous, d’autres (entrées, plat principal, dessert) offrent deux options. En couple, vous pourrez donc testez toute la carte. L’adresse étant fière de deux rosettes, le prix est imbattable : £55, ou £100 si vous souhaitez les vins en accompagnement. Venez, je vous raconte! Tout commence sur une adorable tasse. Espresso? Non.  Emulsion veloutée de topinambour, d’une légèreté fabuleuse mais aux notes earthy, de la terre au ciel en quelques secondes. L’accompagne, sur une dentelle de pain, une fricassée de champignons, subtiles nuances, saveurs de sous-bois se concluant sur le poivré de la feuille de capucine. Un regard échangé. Un wow. Un crunch supplémentaire. Nous sommes déjà sous le charme.

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
L’entrée allie à la fois l’esprit terroir cher aux Français et le contemporain. Smoked and confit Barbary duck terrine. Je crois n’avoir jamais goûté de canard musqué auparavant.  Quelle palette, autant visuelle que gustative! La terrine est enroulée de bacon, légère note salée avant d’atterrir sur le fumé du canard. Images immédiates de feu de cheminée en hiver. Le même réconfort. L’accompagnent, un œuf de canard dont le jaune repose sur un mini crumble d’herbes. Riche, délicieusement lourd en texture, il enveloppera à merveille chaque bouchée. Sur le côté, un lit de poireaux fondants, une quenelle plus crémeuse de céleri rémoulade et quelques perles de crème de champignon. On utilise sa fourchette comme un peintre des gouaches, piochant un peu de ci, un peu de là. Notre sommelier, dont je tiens à souligner les talents, avait choisi un étonnant Chardonnay néo-zélandais pour souligner ce plat, un Waipara Springs 2012. Pamplemousse, amandes, fleur d’oranger, un épicé léger, une conclusion sur le boisé subtil du chêne…

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
Ensuite? Les fruits de mer, réinventés. Dans la première création, des saint jacques de la baie de Rye (rappelez-vous, près de Camber Sands), succulentes, moelleuses, juste saisies à la poêle, presque vanillées en saveur, posées sur une purée de courge, comme une caresse. Pour jouer sur les textures, des gnocchis de pomme de terre, dont ces fameuses bleues, plus noisettées au palais. Quelques copeaux de parmesans viennent couronner le tout, ainsi qu’un prosciutto floral, du San Danieli… A marier avec un vin Autrichien, Wachauer par la maison Rainer Wess. Produit dans la région de Wachau sur les bords du Danube, à base du cépage de référence dans le pays, le Gruner Vetliner, il offre une belle ligne minérale, citronnée finissant sur le yuzu.

Le plaisir d’être à deux pour un tel repas, voyez-vous, reste la valse des assiettes. On voit l’autre fondre de plaisir, on meurt d’envie de planter sa fourchette… A moitié, on échange. Souvent, on a un peu de mal à laisser partir son plat. On garderait bien les deux, tiens. Avec cette Dorset Crab Salad, toutefois, aucun regret. La chair tendre du crabe s’allie à une crème citronnée et du chou kholrabi. Le pomelo, braisé, est sublime, le grillé le ramenant vers le salé tout en lui laissant son juteux. Se joignent à ces saveurs le croquant du radis et de la salicorne puis le moelleux d’un beignet de chou fleur, dont la pâte est d’une finesse suprême. Un tel succès que ce met est devenu l’une de leurs signatures… Pour celui-ci, le sommelier sert un cru espagnol, un Zarate 2013, plus sur la pêche, l’abricot, la poire, un merveilleux écho à la chair du crabe.

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
Pause. Rafraichir le palais avant de passer à des saveurs plus fortes. On ferme les yeux et on se délecte d’un granité à la pastèque, juste sur le givré, à peine sucré, rehaussé d’une pointe de menthe…

Menu d'automne chez Harvey Nichols

J’aime les repas qui relèvent des festins mais dont les plats sont travaillés à la perfection, restant dans une légèreté, ne saturent ni le palais ni l’appétit. Un talent rare! Nous attaquons donc les plats suivants avec le même enthousiasme. Côté poisson, un filet de rouget qui se détache à merveille, mariné d’une sauce au safran. Pomme de terre écrasée avec de l’huile d’olive, un peu d’ail. Mais aussi des tomates rôties, fenouil braisé, de l’artichaut. Potager de saison. Plaisirs d’hiver dont les notes se fondent l’une vers l’autre comme un dégradé. Servi avec un verre de Sancerre rosé. Le Sancerre, l’un de mes vins préférés. Franc, toujours. Délectable. Le seul vin que j’apprécie autant en rouge, blanc… et rosé. Celui ci est produit pour Harvey Nichols, un bijou. Fruits rouge, le floral du sureau.

Les carnivores ne sont pas en reste – le filet de bœuf, du Sussex, vieilli 28 jours leur mettra l’eau à la bouche dès l’assiette posée sur la table. Cuit à la perfection, rosé, dont le jus s’infuse de thym. Du mais crémeux, pour cette note de base qui fait ressortir les autres. Des girolles. Des ris de veau cuit au sirop d’érable, divins. Mais aussi un cannelloni surprenant, fourré de pomme de terre fumée. Quelques perles de crème de persil plus intense. On a envie, vraiment, d’aller directement en cuisine et de demander au chef une démonstration… A savourer avec un Rioja, le Vina Ardanza 2004, aux tannins épicés et de la cerise noire.

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
Fromage ou dessert? Les deux. D’abord ces beignets de fromage de chèvre frits, coulant au cœur, filet de miel de lavande et betterave. On ose à peine toucher à la construction de l’artiste tant l’équilibre est parfait. Alternez avec un autre Sancerre Harvey Nichols, blanc cette fois, plus sur l’agrume, qui permet de retourner au crémeux et au sucré avec encore plus de plaisir.

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols
Bec sucré, je juge souvent un restaurant sur ses desserts. Le classicisme m’ennuie. J’attends, en fin de repas, un feu d’artifice! Paris gagné pour le Fifth Floor. Soufflé aux framboises, fluffy comme un nuage, purée de framboise fraiche, addictif, couronne de pistaches et de meringue pour finir sur un croquant. Plongez bien votre cuillère jusqu’au fond du ramequin! Turin me reviendra en mémoire à la première gorgée de Rinaldi Brico Cardogno, un Moscato d’Asti qui évoque les fruits tropicaux et le jasmin.

Amoureux de chocolat? Admirez donc. Ce cheesecake délicat commence sur une base biscuitée, un praliné dément et finit sur une ganache et quelques perles de compotée de poire… L’accompagne un cylindre de cacao, un sorbet de poire à tomber et une émulsion de caramel. Exquis en tous points. Finissez sur un moscatel par la Bodega Rey Fernando de Castilla, miel et fruits séchés.

Verdict? On reviendrait volontiers dîner. Et re-déjeuner le lendemain. Vraiment l’une des adresses les plus fines de Londres que j’ai testées.

Le petit plus? Le menu express pour le déjeuner (oui, même le samedi) qui propose deux plats pour £19.50, 3 pour £21.50. Une telle qualité, dans un quartier aussi chic? Incroyable. Le dimanche, le brunch est à £35 pour 3 plats ainsi qu’un Bloody Mary ou un Bellini. Vous avez quelqu’un à épater? C’est l’adresse idéale.

Fifth Floor Restaurant
Harvey Nichols
109-125 Knightsbridge
London SW1X 7RJ

Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols Menu d'automne chez Harvey Nichols

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *